En Normandie, à la découverte des plages du Débarquement

Juin 2014 a été marqué par la commémoration des 70 ans du débarquement américain en Normandie : l’occasion pour Little Goguette de vous présenter un circuit spécial D-Day pour les kids.

Les plages du Débarquement: où, pourquoi et comment ?

Le Mémorial de la Paix, à Caen

Le circuit de découvertes des plages, qui permet de voir les traces et mieux comprendre les événements du 6 juin 1944, couvre une zone d’environ 100 kilomètres de long, à la jonction des départements du Calvados et de la Manche, aussi mieux vaut-il prévoir deux jours pour visiter non pas tout, mais les principaux lieux, dans de bonnes conditions.

En venant de Paris, le point de départ est Ouistreham (à 250 kms de Paris), non loin du célèbre « Pegasus bridge », toujours visible et actif ; quant au point d’arrivée, nous l’avons fixé à Sainte-Mère-Eglise. Les autres villes-phare de ce circuit sont Caen, Arromanches, Colleville-sur-Mer et Criqueville-en-Bessin.

Chacune a une histoire bien particulière et chacune, à sa façon, permet aux jeunes visiteurs de mieux saisir l’ampleur et la portée du Débarquement.

 

Le Mémorial de la Paix, à Caen

Le mémorial de la Paix, à Caen

Avant de découvrir le circuit des plages du Débarquement, et de partir à l’assaut de Sword, Juno, Utah et Omaha, une visite au Mémorial de Caen, consacré à la Seconde guerre mondiale et porteur d’un message de paix, s’impose.

Basé à Caen, ville entièrement rasée en 1944, le Mémorial est un lieu extraordinaire. Attelé à présenter les racines de la guerre et ses conséquences, sa scénographie est parfaite : reconstitution de scènes, photos, films, témoignages, expos – tout est fait pour donner à voir et à ressentir afin de mieux comprendre la fragilité du mot « paix ». Que ce soit le film de Jacques Perrin sur le Débarquement, vu du côté Alliés et du côté allemand simultanément, la visite d’un bunker de commandement ou l’aperçu de pans du Mur de Berlin (dernières stigmates de la Guerre froide), cette visite, accessible à tous, laisse un souvenir impérissable et met en perspective la suite du circuit.

La vie sous l'Occupation

Une Jeep sur le chemin du bunker

Un lieu pour la paix

 Le Mémorial de Caen

Esplanade Général Eisenhower, 14000 Caen

Tél. : + 33 (0)2 31 06 06 45 ( !!)

Mail: resa@memorial-caen.fr

Le Mémorial est fermé le lundi, ainsi qu’en janvier. L’entrée, de 16 à 19€, est gratuite pour les moins de 10 ans.Il existe un pass Famille à 49€ pour un nombre d’enfants non limité. Prévoir 2-3 heures de visite (le mémorial dispose d’une petite cafétéria)

 

Le circuit des plages du D-Day

Sword Beach

Située près d’Ouistreham, kilomètre « 0 » de notre parcours, c’est sur cette plage que débarqua le commando franco-britannique du général Kieffer, et c’est également ici qu’eurent lieu les cérémonies de commémoration du 70ème anniversaire.

Non loin de là se trouve, à Bénouville, le célèbre pont basculant « Pegasus bridge », l’un des derniers ponts préfabriqués installés par les Alliés pour partir à la conquête de l’Est.

Gold Beach

Au kilomètre 28 du circuit (soit environ à ½ heure de voiture), et après être passé par Juno Beach, où débarquèrent près de 15.000 Canadiens, la plage de Gold Beach, et plus particulièrement Arromanches, propose un panorama unique au monde.

En effet, suite à la volonté de Churchill, les Alliés installèrent dans les jours qui suivirent le 6 juin un immense port artificiel afin de débarquer des tonnes de matériel nécessaires à leur avancée (c’est l’opération « Mulberry »). Aujourd’hui encore, de nombreux vestiges de cette édification hors-normes sont visibles depuis la (très grande) plage, tout au long de la ligne d’horizon.

La plage d'Arromanches et le port artificiel

Arromanches et les vestiges du port artificiel

Ce spectacle tout à fait inhabituel, qui contraste avec la douce villégiature que propose les maisons de bord de mer, donne une idée de l’envergure de l’opération et des moyens titanesques déployés pour la mener à bien.

Lors de notre visite, plusieurs éléments du mobilier urbain (rampes, poteaux) étaient emmitouflés dans des tricots, dans le cadre de l’opération « tricoter pour la paix ».

Les tricots pour la paix, 70ème anniversaire du Débarquement, à Arromanches

Le Musée du Débarquement d’Arromanches permet, grâce à des maquettes et des films, d’en savoir davantage sur la mise en place de ce port artificiel ; de son côté, le cinéma « Arromanches 360 » présente l’histoire de la bataille de Normandie via une projection circulaire sur 9 écrans.

En route vers le musée du débarquement

Musée du Débarquement d’Arromanches

Place du 6 juin, 14117 Arromanches

Tél. : + 33 (0)2 31 22 34 31

Mail : Info@musée-arromanches.fr

Ouvert tous les jours ; fermeture annuelle en janvier.

Le D-Day est partout

 

Cinéma « Arromanches 360 » – « les 100 jours de Normandie »

Chemin du Calvaire, 14117 Arromanches

Tél. : + 33 (0)2 31 06 06 45

Mail : contact@arromanches360.com

Une séance est proposée toute les demi-heures.

Omaha Beach

Au kilomètre 50 de notre circuit se trouve la plage sans doute la plus emblématique, surnommée « Omaha la sanglante » en raison des très lourdes pertes subies, qui ont fait craindre l’échec de toute l’opération.

C’est aujourd’hui une immense plage vide de toute installation, presque sauvage, et si paisible qu’il est difficile de réconcilier cette vision avec celle des films de témoignages…

Vue sur Omaha beach

Au-dessus d’Omaha se trouve le cimetière américain de Colleville-sur-Mer (nous vous conseillons d’ailleurs d’arriver par ce biais-là sur la plage ; un assez long et dénivelé chemin pédestre relie les deux endroits, et donne une idée de ce que les GIs ont eu à franchir une fois débarqués).

Le cimetière américain de Colleville

La tombe d'un soldat inconnu

Sur un terrain de 70 hectares concédé par la France aux Etats-Unis se dressent près de 10.000 pierres tombales. L’immensité, la sobriété et la majesté des lieux ne font qu’amplifier l’émotion et le désarroi ressentis devant tant de jeunes vies fauchées.

Le cimetière américain de Colleville

Le cimetière américain de Colleville

L’accès au cimetière se fait à travers un centre des visiteurs qui s’attèlent à faire découvrir les visages et les parcours des soldats tombés ici par des petits films biographiques très émouvants: l’un était médecin dans une petite ville, un autre venait d’être diplômé, un troisième s’est battu vaillamment pendant plusieurs jours avant d’être tué sur la route vers Paris…

L'arrivée au centre des visiteurs

Une vision panoramique des lieux et des évènements

Cette visite, très poignante, ne verse cependant pas dans le pathos. Les lieux sont lumineux, la vue sur la mer est omniprésente, les héros ont un nom, un visage souriant ; ces « Monsieur Tout-le-monde » viennent cependant rappeler que la liberté a un prix.

Omaha Beach, Cimetière américain de Normandie

14710 Colleville-sur-Mer

Tél. : + 33(0)2 31 51 62 00

Mail : normandy@abmc.gov

Accès libre et gratuit ; prévoir 1 à 2 heures de visite

La Pointe du Hoc

L’avant-dernière étape de notre circuit, au kilomètre 60, est la très spectaculaire pointe du Hoc, à Criqueville-en-Bessin.

La Pointe du Hoc, à Criqueville-en-Bessin

Ici, pas de plage mais dimpressionnants rochers tombant à pic dans la mer, surplombés par un plateau truffé de vestiges de fortifications allemandes. La visite se fait depuis ce plateau, qui donne à voir en contrebas ces murs de roche que les Rangers se sont échinés à escalader à mains nues, faisant d’eux des proies si faciles qu’un soldat allemand a récemment témoigné qu’il en pleurait d’incompréhension…

Ce site, d’accès libre et gratuit, est en l’état, et, à l’exception de quelques rambardes, vous devrez faire attention à vos pas en raison de nombreuses crevasses et escaliers tortueux qui s’y trouvent.

Le site de la Pointe du Hoc

Certains bunkers sont encore presque intacts, dont celui qui, situé en bordure de mer, dispose d’une meurtrière horizontale permettant de scruter l’horizon. C’est ici l’occasion d’imaginer ce que fut la guerre côté allemand, au sein du « mur de l’Atlantique » (même si c’est bien la Manche qui est à vos pieds) et d’imaginer, au vu de cette topographie torturée, l’enfer que furent les combats livrés ici.

Bunker, vue extérieure

Bunker, vue intérieure

Pointe du Hoc, Criqueville-en-Bessin

Accès libre et gratuit ; prévoir 1 heure de visite

 

Sainte-Mère-Eglise

Voici la dernière étape de ce périple, au kilomètre 100. Ce petit et typique village normand est célèbre pour avoir été libéré le premier et surtout, pour son parachutiste, John Steele, resté accroché au clocher de son église.

Sainte-Mère-Eglise, son clocher, son parachutiste

Aujourd’hui, un mannequin a pris sa place, mais ses descendants sont toujours des hôtes d’honneur lors des commémorations. Il faut dire que John Steele a survécu et est revenu deux fois à Sainte-Mère-Eglise, où son accueil fut triomphal !

Petit guide pratique des plages du Débarquement

Ce circuit est à faire idéalement en 2 jours, dont une demi-journée à consacrer au Mémorial de Caen.

Si vous avez moins de temps, Omaha Beach et Arromanches sont sans doute les deux lieux incontournables à visiter. Différents circuits en car, guidés et en petits groupes, sont organisés au départ de Paris par CityVision.

Ce circuit peut intéresser les enfants dès 6 ans. Même ceux que l’Histoire n’intéresse pas seront touchés par l’immensité et l’émotion suscitée. De plus, tous ces lieux ont un objectif : ne pas oublier pour ne plus voir cela, et tout est fait pour que ce message passe auprès des jeunes générations.

La meilleure période pour visiter est le printemps, le top étant de venir autour de la date anniversaire du 6 juin, afin de voir la région se couvrir de Jeeps de collection.

Et si vous restez quelques jours de plus dans cette belle région, n’oubliez pas de vous rendre dans la charmante ville de Bayeux pour admirer la tapisserie de la Reine Mathilde, retraçant la conquête de l’Angleterre par Guillaume le Conquérant, et de visiter la forteresse du château de Caen ainsi que le Musée de Normandie qui s’y trouve.

Sur un mode plus léger, voire aérien, Caen propose un parc d’attraction, lui aussi sur le thème des Vikings et de Guillaume le Conquérant, Festyland, rempli de manèges et de montagnes russes.

Enfin, si vos pas vous amènent dans le Cotentin, n’hésitez pas à vous rendre à la Maison du Biscuit à Sortosville, qui vend d’excellents gâteaux (muffins, financiers…) et dont l’aperçu sur la salle des machines ferait pâlir d’envie « Charlie et la chocolaterie » !

Bonne goguette !

A lire également :

 

Tags: , , , , , , , ,




Haut de page ↑